All Posts By

Luján González Portela

Journée des Familles à Yaoundé

By | Actualité Idente, África, Camerún, Famille Idente | No Comments

Le 11 février, Fête de la Jeunesse célébrée au Cameroun et Journée Mondiale des Malades, est devenue la date traditionnelle pour la première rencontre des familles dans l’année.

Nous avons commencé par la projection d’un film basée sur des faits réels qui retrace l´expérience d´une personne qui, à la suite d´un terrible accident, se retrouve au Paradis.

Ensuite, les parents d´un côté et les jeunes de leur côté, ont pu partager leurs impressions.

La journée s’est clôturée avec la Célébration Eucharistique.

La journée nous permet de parler les uns avec les autres, de connaître les nouveaux couples qui ont reçus le sacrement du mariage et de pouvoir les mettre en contact entre eux. Ils sont très reconnaissants pour cette activité que nous proposons trois fois par an.

 

« Le Père nous a créés pour la joie », paroles du P. Jesus Fernandez à Bologne et Busseto (Italie)

By | Europe, Italie, Présidence | No Comments

Du 1er au 4 février, les communautés de missionnaires identès, ainsi que la famille idente de Bologne et Busseto, en Italie, ont eu la joie de recevoir la visite apostolique du Père Jésus Fernandez, président des missionnaires Identès, qui leur ont permis d’avoir l’opportunité d’être en contact avec les communautés et les missionnaires de leur pays d’origine et d’avoir la vie en commun.

A Bologne, en plus de la rencontre avec les frères et sœurs, il a rencontré un groupe de soixante personnes de la famille Idente, avec qui il a parlé pendant une heure environ des Béatitudes et de leur importance dans la vie des saints et de tous les chrétiens.

Ensuite, le Père Jésus Fernandez s’est installé à Busseto, où les missionnaires Identes dirigent le monastère de Santa Maria degli Angeli depuis plusieurs années. Il était aussi accompagné par la Supérieure provinciale de l’Italie du Nord, Carmen Timoneda, et par les missionnaires Vicente de la Fuente, Maurizio et Letizia Calanchi.

A Busseto, le P. Jesús a présidé l’Eucharistie. Dans l’après-midi, il y a eu une rencontre avec la Famille Idente, au cours de laquelle des femmes Missionnaires (Anna et M.Carmen) et des hommes (Vicente de la Fuente et Daniel Cárdenas) ont rendu un témoignage personnel de leur amour envers Christ. Ils ont partagé l’expérience de leur vocation d’une manière très émouvante qui a laissé chez les personnes présentes le désir de s’engager davantage dans l’approche du Christ.

Prise de possession d’Enrico Bayo de la paroisse de Saint Matthieu Apôtre et Évangéliste (Rome)

By | Vidéos | No Comments

Belle célébration eucharistique et inauguration de la paroisse romaine de Saint Matthieu Apôtre et Évangéliste de notre frère Enrico Bayo, M. Id., présidé par S.E. Mgr Gianpiero Palmieri, évêque auxiliaire de Rome, et concélébré par le président des missionnaires Identès, le père Jesús Fernández, le dimanche 17 février 2019.

Cours de volontariat idente missionnaire à Madrid, du 15 au 17 mars 2019

By | Évènement | No Comments

La nouvelle édition du cours de formation du Volontariat Identes Missionaire aura lieu à La Cabrera (Madrid) pendant le week-end du 15 au 17 mars, ce qui est une condition essentielle pour tous ceux qui souhaitent participer comme volontaires à un des projets des missions Identès en Amérique du Sud (Bolivie, Chili, Équateur et Pérou) ; en Asie (Inde) ; et en Afrique (Cameroun).

Les inscriptions au cours peuvent se faire directement en envoyant un email à ascensionescamilla@gmail.com avec les informations suivantes : – Nom et prénom – Date de naissance – Ville / Pays – Email – Téléphone portable

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 13 mars 2019

Plus d’informations sur correo: ascensionescamilla@gmail.com ou portable : +34 669 174 868. Les différentes Délégations des Missionnaires Identès www.idente.org ; sur le site Internet Idente Youth : identeyouth.org

Réactivé les travaux de construction de la paroisse Saint Pièrre et Saint Paul de Soa (Cameroun)

By | África, Camerún | No Comments

Après plusieurs mois de paralysie quasi totale des travaux de construction de la paroisse Saint-Pierre et Saint-Paul de Soa (Cameroun), administrée par l’Institution des Missionnaires et Missionnaires Identès, le miracle a eu lieu le 27 janvier, après de nombreuses prières de tous les membres de la paroisse. Ce n’était pas un petit problème : la ligne à haute tension qui passait au-dessus de l’église et ralentissait les travaux. Il a fallu attendre que l’entreprise déplace les poteaux, comme on peut le voir sur les photos ci-dessous.
Ce fait est un véritable cadeau des Rois Mages, qui sont venus à la paroisse comme chaque année. A cette occasion, le 26, à la veille du fait des poteaux. Les Rois sont aussi venus chargés de cadeaux pour tous les nombreux enfants de la Jeunesse Idente : il fallait voir l’attention qu’ils portaient aux paroles de leurs majestés et la joie qu’ils recevaient en recevant leurs cadeaux.

Les missionnaires identès, présents à la 5ème journée d’étude sur les Nouvelles Formes de Vie Consacrée à Madrid

By | Académie | No Comments

Une représentation de missionnaires identès de la province de Madrid a participé à la V Journée d’étude sur les nouvelles formes de vie chrétienne, organisée par la Chaire de Théologie de la vie religieuse de l’Université Eclesiástica San Dámaso (UESD) de Madrid en collaboration avec la Commission Episcopale de Vie consacrée (CECV) de la Conférence Episcopale espagnole (CEE). Notre sœur Lourdes Grosso est la Directrice du Secrétariat de cette Commission. L’événement a eu lieu le 23 février dans la CEE, sous la présidence de Monseigneur Jesús Sanz Montes, OFM, Archevêque d’Oviedo et Directeur de la Chaire.

Ce fut une rencontre enrichissante, à laquelle ont participé plus de 60 personnes, dont des membres de 16 communautés, instituts ou associations différentes, dont des missionnaires Identès, ainsi que d’autres personnes intéressées par le sujet.

La première intervention fut celle de Gabriel Richi Alberti, doyen de la faculté de théologie de l’UESD. Dans sa communication, il a souligné la nécessité de continuer à travailler dans l’Église pour parvenir à un plus grand approfondissement et à une meilleure réception de l’ecclésiologie du Concile Vatican II. Il a souligné l’horizon missionnaire de l’Église comme la raison des nouveaux dons que l’Esprit ne cesse d’offrir à l’Église. D’autre part, il a souligné que les différents instituts de vie consacrée doivent être compris comme différentes manières spécifiques et historiques de vivre la vocation universelle à la sainteté. Il a également affirmé que l’essence de la vie consacrée est déterminée par sa fonction prophétique ou eschatologique, puisque la profession des conseils évangéliques comme état de vie établit une spécificité distincte par rapport à la vie conjugale et au ministère ordonné, qui sont davantage liés au pèlerinage historique de l’Église. Enfin, il a souligné qu’au processus d’institutionnalisation d’un charisme appartient de manière essentielle la reconnaissance par l’Église comme garantie que l’Esprit Saint offre de l’authenticité du don charismatique ; et que ce processus peut impliquer des innovations canoniques, mais en respectant et en exprimant toujours l’origine sacramentelle de l’autorité de l’Église.

Mons. Jesús Sanz Montes a ensuite parlé de la « Consécration comme appartenance à Dieu », expliquant que l’expérience et le discernement permettront progressivement une plus grande précision dans la codification de ce que l’on appelle aujourd’hui « les nouvelles formes de vie consacrée ». En ce sens, Mons. Sanz a pris la métaphore de la symphonie utilisée par le théologien H.U. von Balthasar, pour exprimer que l’Église est aussi comme une symphonie, une œuvre commune qui est exécutée par différents instruments et avec différentes notes. C’est ainsi que, dans l’Église aussi, les diverses vocations, suivant distinctement le Seigneur, forment l’unique Peuple de Dieu. De plus, Jésus Sanz a proposé la triade d’un itinéraire symphonique pour le renouveau de la vie consacrée : consacré à Dieu, avec nos frères et sœurs, pour la mission qui nous est confiée dans l’Église. D’autre part, il a souligné que la vocation trouve son origine dans l’initiative de la volonté divine, puisque l’appel à vivre une consécration spéciale part toujours de Dieu. En même temps, il affirme que la consécration spéciale est enracinée dans le Baptême et le réalise plus pleinement. Tous les baptisés sont appelés à la sainteté, mais la vie consacrée a sa propre valeur : la nature eschatologique. En fait, ceux qui professent les conseils évangéliques anticipent la vie du Ciel. Enfin, l’illustre conférencier a réfléchi sur la consécration comme don du cœur ou de l’appartenance habitée par l’Autre, et a rappelé les éléments de l’expression consacrée d’une appartenance vocationnelle : la prière personnelle, l’Eucharistie, la pénitence, la Parole et la liturgie des heures. Monseigneur Sanz a fait référence à son livre « La fidélité créative ».

Par ailleurs, Juan Carlos Ortega Rodríguez, LC, a présenté les conclusions du Congrès international « Consécration et consécration par les Conseils évangéliques », tenu à Rome du 3 au 6 mai 2018. Teresa Rodriguez Arenas, de la Fraternité missionnaire Verbum Dei, a ensuite réfléchi sur les critères ecclésiaux pour l’approbation de nouvelles formes de vie consacrée et a souligné en particulier la question de la nécessité du discernement comme don de l’Esprit à prier et à cultiver. Ensuite, les participants ont eu le temps de formuler quelques questions aux orateurs, qui ont ainsi eu l’occasion d’approfondir certaines questions.

Une paëlla solidaire pour « construire » l’Église

By | Actualité Idente, Espagne, Europe | No Comments

Le samedi 23 février nous avons organisé un repas solidaire au bénéfice de la construction de l’église de la paroisse universitaire de Soa (Cameroun).

A ce repas ont assisté plus de 100 personnes et d’autres y ont collaboré. Nous savons que l’argent recueilli pourra juste couvrir les dépenses d’une petite partie de l’œuvre immense de construction qui est entreprise pour accueillir des milliers de personnes dans l’église , mais cela a été une des nombreuses occasions dont nous a fait cadeau notre Père céleste pour tisser des liens avec les personnes et favoriser la diffusion de notre charisme.

Le repas s’est déroulé dans le salon de la paroisse de l’église Saint Michel archange de Grenade. Depuis le premier jour, le père Juan Martínez nous en a ouvert les portes en mettant à notre disposition toutes les installations. Nos amis n’ont pas arrêté de collaborer et ils ont offert de faire des paellas et d’apporter le repas, et ils nous ont même offert une palette de porc pour faire une tombola.

Nous avons facilité la présence des familles en accueillant leurs enfants gratuitement et après le café, les jeunes de la Jeunesse idente se sont chargés de jouer avec eux dans les jardins de la paroisse.

Les dons de notre Père céleste n’ont jamais cessé. Certes, nous avons dû agir avec foi, parce que trois jours avant le repas, seules une cinquantaine de personnes nous avait confirmé leur présence et nous ne savions absolument pas quelle quantité de nourriture acheter et préparer. Mais comme pour la multiplication des pains et des poissons, il en resta plus ou moins 12 corbeilles pleines, que nous avons partagées à la fin de la rencontre.

L’acte a commencé avec quelques paroles de bienvenue de la Supérieure Provinciale et la bénédiction du prêtre de la paroisse, D. Juan Martínez, qui nous a encouragés à institutionnaliser chaque année cet acte, et à la fin de l’événement, touché par l’atmosphère conviviale créée, il ajouta : « La voilà, l’Eglise ! »

Au moment du dessert, la Supérieure Provinciale s’est adressée à l’assistance pour l’informer sur la mission du Cameroun et sur notre charisme, profitant de l’occasion pour les inviter à faire partie de la Famille Idente.

Pendant toute la durée de l’acte les adultes, et les enfants qui étaient encadrés par les missionnaires et dirigés par un charmant jeune de 10 ans, petit-fils de notre frère José Luis Romera, Délégué Territorial, ont aidé à préparer les plateaux des repas, à dresser les tables et à servir, suscitant un grand sourire sur le visage de tous les participants.

Quelques moyens de communication se sont fait l’écho de la rencontre : Odisur (Service pour la communication des Evêques du Sud de l’Espagne), le web de l’Archidiocèse de Grenade, et le programme local de radio Nouvelles de l’Eglise de la COPE.

‘Soigner les migrants afin de soigner le monde’, séminaire international à Rome

By | Évènement | No Comments

Un séminaire international aura lieu les 4 et 5 mars à l’Université Pontificale du Latran, 4 place St Jean de Latran à Rome, sur le thème « Soigner les migrants afin de soigner le monde : des scénarios futurs pour la construction de la paix ». Il est organisé par le Global Forum on Health and Migration dont l’objectif est de répertorier des scénarios d’intervention pour garantir le droit à la santé du migrant, et son influence pour la paix mondiale.

L’événement réunira des leaders du monde politique et universitaire d’Europe, des Etats Unis, du Mexique et de l’Equateur. Parmi eux nous pouvons citer Enrico Letta, ex-premier ministre italien et actuel doyen de l’Ecole de Paris des Affaires Internationales (PSIA) ; Richard Mollica, directeur du Programme des Traumatismes chez les réfugiés à Harvard ; Maurice Marceca, président de la Société italienne de Médecine de l’Immigration; Luigi Janiri, psychiatre et professeur de l’Université Catholique du Sacré-Cœur ; Vincenzo Buonomo, recteur de l’Université Pontifical du Latran ; Emilio Baños, recteur de l’UPAEP (Puebla, México) ; Emanuele Caroppo, secrétaire général du Centre de Recherche Hera, l’Université catholique du Sacré-Cœur, et Fulvio Giardina, président du Conseil National du Collège des Psychologues.

Pendant le séminaire, seront traités des thèmes comme : rôle du Forum Mondial dans l’agenda mondial sur l’immigration ; perspective de santé et immigration dans les différents continents ; l’Ius Migrandi et santé ; famille et santé des migrants ; médecins des migrants ; des scénarios présents et futurs ; troubles liés au stress post-traumatique et immigration.

Dans le cadre de ces journées, nous assisterons à l’avant-première du film documentaire de Catherine MacGilvray « Les sans-voix », qui narre l’histoire migratoire tragique du peuple salvadorien de Long Island (NY) où la communauté est la plus nombreuse.

Le Forum Mondial sur la Santé est une plateforme de discussion ouverte sur l’immigration, la santé physique et psychique des migrants, la santé publique, l’aide d’urgence et les questions sociales, politiques et économiques qui y sont liées. Son objectif est de créer un réseau international qui étudie, depuis une perspective multidisciplinaire, tous les aspects liés à l’immigration. Il regroupe l’Université du Sacré-Cœur de Rome, l’Institut Rielo pour le Développement Intégral, l’Université Populaire Autonome de l’Etat de Pueblo (Mexique) et le Ministère de la Santé Publique de l’Equateur.

L’entrée est gratuite, mais il faut s’inscrire à https://www.healthmigration.org/seminar.

Plus d’informations sur info@healthmigration.org

Motus Christi et JMJ de Panama : dire oui au Christ, maintenant !

By | Actualité Idente, Motus Christi | No Comments

Marie a été la grande protagoniste de cette aventure du Motus Christi et des JMJ de Panama qui avaient pour devise : “Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole.” La maison d’accueil de Capira où s’est déroulé le Motus Christi s’appelait le Village de Marie et le “qu’il me soit fait selon ta parole” a été au centre des catéchèses et des paroles du Saint Père durant toutes les JMJ, et il a été chanté à satiété dans l’hymne de ces 34ème JMJ.

Le miracle qu’un grand groupe de jeunes puisse s’y rendre, miracle rêvé par notre président, P. Jesús Fernández, et par nos supérieurs généraux, P. Luis Casasús y María del Carmen García, s’est produit. 75 jeunes de Bolivia, Colombie, Equateur, Etats Unis, France et Mexique étaient présents, accompagnés de 11 missionnaires.

Le Motus Christi international s’est tenu dans la localité de Capira, à 75 km à l’est de la ville de Panama (deux heures de bus), et a commencé le 16 janvier au soir. Dès l’arrivée des différents groupes à l’aéroport, la merveilleuse atmosphère familiale que nous allions vivre durant le Motus se percevait.

La maison d’accueil de la communauté Magnificat – un lieu de recueillement et de silence – ainsi que la structure et l’esprit du Motus ont introduit tous les jeunes dans cette atmosphère, y compris ceux qui y sont le moins habitués. Ils ont découvert avec surprise que la sainteté est possible et que la manière la plus belle et fructueuse de la vivre, c’est en communauté. En ce sens, les témoignages des différents frères et sœurs, profès et probants, ont été des moments forts pour les jeunes car ils ont vu qu’il n’y a pas un prototype de saint, ni des circonstances idéales, mais que le Christ appelle chacun dans les circonstances les plus inattendues.

Cela a été un moment de grâce, de grande grâce, qui a touché tout le monde. Cinq jours qui nous ont paru comme un début de vie éternelle, de ciel en ce monde. A chaque moment, que ce soit durant les enseignements, la prière personnelle, les communautés, les repas, l’athénée, on respirait une atmosphère de communion et de service qui invitait à voler beaucoup plus haut et à sentir la présence de Dieu en chacun.

Cette atmosphère familiale et fraternelle a tellement surpris les jeunes que cela a aidé y compris les plus réservés à s’ouvrir et à aller trouver les frères et sœurs pour parler de leur vie, de leurs rêves et de leur amour pour le Christ.

La touche charismatique, où beaucoup ont exprimé leur décision de suivre le Christ avec tout ce que cela implique, a été une belle touche finale. L’un des jeunes a exprimé ainsi un sentiment partagé par tous les participants : “Avant de venir aux JMJ, je m’étais fait une idée de la manière dont je voulais vivre cette expérience, mais maintenant, après avoir vécu ces jours de Motus, je me rends compte que le voyage en valait la peine ne serait-ce que pour cela.”

Avec au cœur une certaine tristesse de devoir quitter le Village de Marie après une expérience si intense, nous sommes partis pour la ville de Panama le lundi 21 au matin, puisque le lendemain commençaient les JMJ. Les organisateurs venaient tout juste de nous informer que nous serions logés sur la paroisse du Christ Fils de Dieu, dans le quartier de Samaria, où chaque pèlerin serait accueilli dans une famille. Bien qu’au début nous avions pensé qu’il aurait été mieux de rester tous ensemble logés dans un collège ou des salles paroissiales, nous nous sommes tout de suite rendus compte que vivre avec les familles était une belle opportunité de connaître le peuple panaméen de l’intérieur, de comprendre sa profonde religiosité, sa joie et son hospitalité spontanées.

La Providence a voulu que nous soyons dans un quartier où de nombreuses nécessités et manques se faisaient sentir, afin que nous connaissions non seulement le côté touristique de la ville, mais aussi la réalité à laquelle sont confrontés de nombreux panaméens. La pauvreté, le manque de salubrité des rues et des maisons et la marginalisation étaient évidentes, mais elles ont été compensées par la grande joie et la tendresse avec lesquelles chaque famille nous a accueillis. Ils nous ont donné ce qu’ils n’avaient pas, comme dit l’évangile. Nous ne pouvions faire moins: nous avons décidé de vivre ces moments comme une mission et de partager avec nos familles adoptives toute la richesse reçue dans le Motus.

Les fruits ne se sont pas fait attendre. La générosité et la foi des panaméens nous ont fait nous sentir comme l’un des leurs dans leur famille, à tel point que des liens forts se sont créés, même si nous passions toute la journée à l’extérieur et que les moments de convivance se limitaient aux nuits et aux petits déjeuners le matin. Nous désirons tous voir perdurer ces liens avec les familles.

Un des jeunes participants a manifesté que pour lui, cela avait été une expérience formatrice, parce qu’il avait vu la bonté et l’attention des familles d’accueil et parce qu’il avait appris à mieux apprécier ce qu’il avait, à être plus serviable, et plus attentif aux besoins de ceux qui vivaient avec lui.

Du 23 au 28 janvier, matin comme après-midi, les journées ont été remplies par les activités prévues avec les JMJ.

 

A part la participation aux différents événements des JMJ et l’accueil au stand du “festival de la vocation”, par une forte chaleur humide plus forte que la normale, selon les panaméens eux-mêmes, les journées se sont passées en déplacements entre les différents lieux, en heures de marche et d’attente au soleil avant le début des événements, en heures de transport et d’attente dans le métro… Nous étions véritablement des pèlerins à l’intérieur de la ville, vivant tout avec une joie surnaturelle, comme les milliers d’autres jeunes qui étaient aussi là-bas.

Ce fut surprenant comment le pape François par ses paroles tendres et exigeantes, a dit beaucoup de choses qui d’une manière ou d’une autre avaient été dites dans le Motus: vaincre la commodité et le conformisme, vivre l’amour inconditionnel au Père céleste, vivre le “maintenant” de Dieu, et non le “plus tard”, et se mettre à marcher sur le chemin du Christ sans s’arrêter, en risquant tout comme Marie.

Après la messe célébrée par le Pape le dimanche 28, l’après-midi a été libre, pour que chacun puisse partager avec la famille qui l’accueillait et ce moment a été aussi très beau pour tous.

Regardant maintenant cette belle expérience humaine et spirituelle des JMJ, il semble évident que ce n’était pas seulement pour ‘voir le pape’ comme dans un spectacle, car on l’aurait vu bien mieux à la télévision chez soi, mais c’était pour vivre uni à Pierre le vicaire du Christ, un pèlerinage vers le Christ, avec Marie, pour vivre cette grande pentecôte unis à l’Eglise universelle autour de son pasteur.

Un autre cadeau de la Providence, le mardi 29 janvier jour du départ, a été la rencontre fortuite à l’aéroport avec l’archevêque de Panama, Mgr José Domingo Ulloa. C’était le désir de notre président, le père Jésus Fernandez, que nous puissions le saluer, ce qui était vraiment difficile pendant les journées avec le pape. Mais pour le Christ, rien n’est impossible! En nous approchant de lui, Mgr Ulloa nous a tout de suite reconnus avec en grand le mot ‘identes’ sur le tee shirt que nous portions, et il nous a dit la grande nécessité que les universitaires panaméens avaient de notre charisme.

Maintenant et partout, les missionnaires doivent être attentifs aux jeunes qui ont participé aux JMJ pour que le feu qui brûlait là-bas ne s’éteigne pas, mais comme disait le pape François, que les jeunes prennent des décisions ‘maintenant’, non pour après, et qu’ils disent ‘oui’ comme Marie à la volonté de Dieu.

Le politicien espagnol Rocío López visite la mission idente de Yaoundé et donne la conférence « Les chrétiens dans la vie publique »

By | Académie, África, Camerún | No Comments

Dimanche 23 décembre, une conférence a eu lieu au Centre universitaire catholique de la paroisse S. Pedro et S. Pablo de Soa avec la Docteur en Droit, Mme Rocío López González, députée du Congrès des Députés espagnol à la X Législature. Elle a été la dernière directrice de la Fondation du Ministère espagnol de la Justice, « Pluralisme et religions », et elle était en visite privée à Yaoundé. Les assistants appartenaient à l’Université de Droit, d’Economie et Gestion et de Sciences Politiques de l’Université de Yaoundé II Soa.

Le thème était: « Le chrétien dans la vie publique et l’éthique en politique ». Elle a souligné quatre points importants:

  1. Honnêteté, sens de la responsabilité et utilisation efficace, avant tout, des fonds publics.
  2. Sensibilité particulière envers les plus défavorisés lors des prises des décisions, des mesures d’économie, etc.
  3. Défendre la vie, la famille et la dignité humaine.

L’idéologie du genre, le relativisme, … sont basés sur de fausses anthropologies qui partent du déni de Dieu.

Il a été démontré que la famille constitue un moyen de protection contre la pauvreté, d’où l’importance de sa défense.

  1. Savoir défendre les principes chrétiens, même si cela va à l’encontre des positions de son propre parti.

Il est fondamental de respecter la dignité humaine et le bien commun.

Il se souvint de St. Thomas Moro, patron des politiciens, un exemple de fidélité aux principes chrétiens, au prix de sa carrière politique et de sa vie.

Les participants ont posé des questions et Dr. Rocío López a répondu et partagé ses expériences personnelles, soulignant l’importance de la messe du dimanche et de la prière pour sa vie personnelle et professionnelle.

Elle a encouragé à participer au Parlement Universel des Jeunes proposé par Fernando Rielo, en tant que cadre idéal pour échanger et réfléchir.

Les jeunes ont reçu une touche d’espoir en ce qui concerne l’éthique en politique et ils se sont sentis honorés de cette visite. Merci beaucoup à Rocío pour ce témoignage.