All Posts By

Luján González Portela

Quatre-vingt-dix pèlerins Identès dans le Motus Christi et les JMJ de Panama

By | Évènement | No Comments

Avec d’énormes efforts et de grandes doses de créativité apostolique, nos frères des Etats-Unis, du Mexique, de Colombie, d’Equateur, de Bolivie et de France ont rendu possible le grand rêve de pouvoir former un grand groupe de jeunes qui participeront au Motus Christi International et à la Journée Mondiale de la Jeunesse au Panama.

Le Motus Christi aura lieu du 17 au 20 janvier dans une belle maison de retraite appelée Aldea de Maria, qui se trouve à Capira, à 75 km à l’ouest de Panama City et appartient au district de Panama. Le lieu a le beau signe d’être le siège de la Communauté Magnificat, fondée sous la spiritualité de Medjugorje. Marie sera donc la grande protectrice de toute la retraite qui y aura lieu. Il est probable qu’il y aura une participation à certaines des activités que les paroisses du lieu ont prévues dans le cadre des Journées du Diocèse, qui sont toujours rattachées à chaque JMJ. En même temps, les jeunes de la ville de Capira ont été invités, et nous espérons que certains d’entre eux y participeront.

Du 21 au 28 janvier, nous serons à Panama pour participer à toute la programmation de cette 34ème Journée Mondiale de la Jeunesse, qui sera présidée par le Pape François. Une fois de plus, Marie sera la grande protagoniste de notre séjour au Panama puisque cette JMJ est célébrée sous la devise « Voici la servante du Seigneur, que cela me soit fait selon ta parole ».

Les grâces n’ont pas cessé de tomber tout au long de ce chemin de préparation aux JMJ et maintenant dans son exécution depuis qu’il a été réalisé que tout le groupe idente est logé dans la même paroisse de Panama, qui porte le nom providentiel de « Christ le Fils de Dieu ». Là, nous serons tous logés dans des familles qui nous attendent à bras ouverts. Tout un luxe pour une JMJ.

Nous comptons sur l’unité et la prière intense de toute la grande famille idente distribuée dans le monde entier pour les fruits, sûrement insoupçonnés, que la Providence a réservés à tout ce pèlerinage identé, tant ceux qui sont au Panama que ceux qui le vivront mystiquement des quatre coins du monde.

Il y aura une grande couverture des JMJ dans les réseaux sociaux de la jeunesse Identès et des missionnaires Identés. Le hashtag pour nous tous pour diffuser au maximum ce bel événement de l’Église sera #JMJidente2019

Interview du Cardinal Osoro sur la personne et l’œuvre de Fernando Rielo, Fondateur des missionnaires Identès

By | Actualité Idente, Fernando Rielo | No Comments

Le Cardinal de Madrid, D. Carlos Osoro, parle dans cette brève interview de la personne et de l’œuvre de Fernando Rielo, Fondateur des missionnaires identès et de l’importance de son charisme dans le monde actuel. L’interview a eu lieu après la messe que le Cardinal Osoro lui-même a présidée dans la crypte de la cathédrale de la Almudena à Madrid à l’occasion du 14ème anniversaire du retour au Père de Fernando Rielo. Cette célébration a eu lieu le 6 décembre 2018.

L’année de saint Joseph déclarée dans l’archidiocèse de Yaoundé (Cameroun)

By | Afrique, Cameroun | No Comments

Comme missionnaires identes, l’ouverture de l’Année de S. Joseph, déclarée par Monseigneur Jean Mbarga dans l’archidiocèse de Yaoundé, nous réjouit et nous pousse dans la même direction où nous amenait notre père Fondateur, Fernando Rielo Pardal, lorsqu’il nous disait :

« Ayez beaucoup de dévotion envers Saint Joseph ; il vous accordera tout ce dont vous avez besoin. Uni à Marie, Saint Joseph possède la toute-puissance suppliante que le Christ a octroyée à la pureté de sa foi. Demandez-lui la conversion de l’Humanité, suppliez-le pour la sainteté de l’Église, priez-le pour la communion de tous les chrétiens ».

 

Anniversaire de Fernando Rielo, fêtes de Noël et travaux paroissiaux à Soa (Cameroun)

By | Afrique, Cameroun | No Comments

Depuis Yaoundé (Cameroun), le supérieur provincial des missionnaires identés, le P. Efrén Blanco, nous envoie sa lettre mensuelle pour nous informer des progrès dans la construction de la paroisse universitaire Saint-Pierre et Saint-Paul de Soa et de toutes les activités apostoliques réalisées dans cette paroisse identès et dans celle de la Sainte Famille à Yaoundé.

Paroisse universitaire Saint-Pierre et Saint-Paul

Soa – Cameroun

Yaoundé, 30 décembre 2018

Chers amis et bienfaiteurs,

Voici les nouvelles de ces deux derniers mois.

Tout d’abord nous vous adressons nos meilleurs vœux de Joyeux Noël à vous, à vos amis et à vos communautés.

Le problème de l’énergie électrique, qui nous a maintenus dans l’attente de pouvoir continuer les travaux, a été résolu et nous pourrons reprendre en janvier.

Les consécrations à Jésus à travers la Vierge Marie ont eu lieu le 8 décembre. Au cours de la Sainte Messe à Soa, nous avons également rappelé l’anniversaire de notre père Fondateur. La célébration fut suivie d’une conférence, ouverte à tous, sur sa vie et son œuvre. Dans notre paroisse de la Sainte Famille nous l’avons célébré le 7 décembre.

En outre, nous avons participé, avec l’Archevêque et les autres aumôniers de l’université de Yaoundé, à la messe d’inauguration de la nouvelle année universitaire, le dimanche 16 décembre.

Les clôtures de Noël des différents groupes de Jeunesse Idente ont également eu lieu, avec aussi la possibilité d’un partage sur la vie de notre père Fondateur.

Vous pouvez compter sur nos prières et nous vous remercions de l’intérêt que vous nous manifestez comme de la diffusion que vous donnez à nos activités.

 

Messe pour l’anniversaire du retour au Père de Fernando Rielo dans la Basilique du Pilar à Saragosse (Espagna)

By | Espagne, Europe, Fernando Rielo | No Comments

Le 4 décembre 2018, la Délégation territoriale des Missionnaires Identès (sœurs) de Saragosse célébrait le quatorzième anniversaire du retour au Père de notre père Fondateur.

C’est dans la chapelle de la Vierge de la Basilique du Pilar, à Saragosse, qu’une Messe fut concélébrée par le Supérieur général des Missionnaires (frères), notre cher frère Luis, et le père José Mª Bordetas, chapelain. La Secrétaire générale, notre chère sœur Mª Fernanda, les missionnaires de la Délégation, les membres de la Famille Idente et de nombreux amis participèrent à cette célébration eucharistique.

Comme la première lecture de la Messe évoquait le manque de paix, le Supérieur général parla dans son homélie du message du Fondateur sur la fidélité au Christ et la béatitude de la paix, à l’image de Marie, soulignant que la paix n’est pas de nous mais du Christ. Il rappela aussi que les fondateurs et les martyrs nous ouvrent le chemin de la vie tels des artisans de paix. Il appela de ses vœux l’intercession de Fernando Rielo, devant Jésus et Marie, afin qu’il obtienne pour nous tous la paix. Il cita le pape François et son conseil de répartir les dons que nous possédons. Il nomma deux personnes récemment décédées –Ezéquiel, père de la Secrétaire générale, et Pedro, son propre parrain– en demandant la consolation pour leurs proches. Il termina en priant pour que tous les fidèles présents croient en la paix et la promeuvent.

La Messe se termina par quelques mots du chapelain, le père José Mª Bordetas, qui souligna combien notre Institution était une nouvelle forme de vie consacrée appropriée à la nouvelle évangélisation.

La célébration de ce quatorzième anniversaire du retour au Père de notre bien-aimé Fondateur s’acheva par le dépôt d’une gerbe de fleurs sous le manteau de la Vierge du Pilar, en demandant sa protection.

Près de 3000 personnes étaient présentes dans la cathédrale de New York pour la messe anniversaire du retour au Père de Fernando Rielo

By | Actualité Idente, Amérique du Nord, États-Units, Fernando Rielo | No Comments

Le vendredi 7 décembre dernier, dans le quartier de Manhattan, New York, ultime lieu de résidence de notre bien-aimé père Fondateur, une messe d’action de grâces a été célébrée dans la cathédrale Saint Patrick à l’occasion du 14ème anniversaire de son entrée dans la vie éternelle. Le père Jesús Fernandez Hernandez, Président, et nos Supérieurs Généraux María del Carmen García et Luis Casasús étaient présents.

L’atmosphère de joie recueillie qui régnait dans la cathédrale en ce temps d’Avent tranchait avec les allers et venues des newyorkais préoccupés d’attraper le prochain train, de prendre la photo parfaite face à l’arbre de Noël de Rockfeller ou encore de trouver le cadeau idéal dans un des nombreux magasins de cette partie si fréquentée de la ville.

C’est au milieu de cette trépidante vie newyorkaise que des centaines de paroissiens sont arrivés à la cathédrale à bord de 25 bus provenant des 4 paroisses administrées par notre Institution : paroisse saint Luc à Brentwood, Notre-Dame de Lorette à Hemstead, et les trois paroisses du Bronx (Sainte Marie, Notre-Dame de la consolation, et Saint Dominique). Chaque année, pour la commémoration du retour au Père de Fernando Rielo, les paroissiens viennent en pèlerins, récitant le trissage durant le trajet en bus et écrivant chacun une prière sur un petit morceau de papier. Les prières sont ensuite données à l’Evêque avec les offrandes pour être mises au pied de l’autel.

Près de 3000 personnes ont participé à la messe au cours de laquelle l’Evêque auxiliaire du diocèse de Rockville, S.E. Richard Garth Henning a remarqué avec admiration la présence de nombreux jeunes et de beaucoup de familles. L’homélie s’est centrée sur le sens du mot unité et sur l’enseignement de saint Paul au sujet de notre élection par le Christ, de l’invitation que le Christ nous fait de participer à son mystère :

« Cette invitation a besoin d’une réponse libre et amoureuse comme celle que l’on peut voir dans la vie de votre Fondateur. Ce n’est pas par hasard qu’il leur a indiqués d’être unis avec le Seigneur, de participer à la communion. […] C’est quelque chose de très clair dans la communauté idente parce que tous sont participants […] Il a indiqué l’importance de la communion entre nous parce qu’ainsi nous pouvons discerner l’invitation de Dieu à l’unité divine, à la participation au mystère de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ. […] Votre Fondateur nous a parlé de la communauté de personnes basée sur la communion entre nous et Dieu… nous pouvons comprendre sa vie et son message si nous pouvons nous souvenir de cette invitation à participer à la communion [avec Dieu]. »

A l’exemple de Marie, la nouvelle Eve, qui n’a jamais cherché sa propre volonté et qui a offert sa vie à Dieu, disposée à participer au mystère divin, la vie de notre Fondateur est marquée par des réponses libres par lesquelles il s’est livré à la communion et à l’union avec les Personnes Divines.

Tout remplis de Dieu et rassasiés d’espérance, nous sommes revenus dans nos foyers le cœur heureux de cheminer ensemble vers la sainteté à laquelle notre Père céleste nous invite.

Le poète espagnol Antonio Martín de las Mulas a reçu le 38ème Prix Mondial Fernando Rielo de Poésie Mystique

By | Actualité Idente, Culture | No Comments

Avec son recueil de poèmes intitulé Vendredi saint, Antonio Martín de las Mulas Baeza a remporté le XXXVIIIème Prix Mondial Fernando Rielo de Poésie Mystique, célébré le 13 décembre à l’Institut Cervantès de New York. Ce Prix consiste en 7000 €, la publication de l’œuvre et une médaille commémorative. L’œuvre lauréate a été sélectionnée parmi 272 recueils provenant de 28 pays. Avocat de profession, Antonio Martín a reçu plusieurs reconnaissances et ses poèmes ont été publiés dans des revues littéraires et des anthologies.

Le jury a trouvé que la voix du « moi » poétique exprimé par le recueil Vendredi Saint est celle de Jésus au Golgotha qui, depuis les hauteurs de la croix, divise avec une perspective unique la petitesse du poète, désormais converti au « toi » lyrique. Depuis ce regard, le crucifié fait sienne la situation de l’homme, ses faiblesses et ses peurs : « Mon sang s’écoule pour le monde, / mon cœur vous rêve dans la ville éternelle ». Il y a dans ces vers une sensibilité spéciale vis-à-vis de la solitude et de la douleur humaines, que le poète assume depuis la disposition totale du crucifié, qui n’est plus une victime inerte, mais un artisan tout-puissant pour qui la croix est un trône, un rocher inexpugnable, un autel sauveur. Le poète exprime, non sans un certain accent apocalyptique, un contenu théologique dense, rempli d’espérance salvifique par laquelle le Christ mène l’humanité au Père : « Il viendra comme un torrent dans les collines / comme un vent qui agite les cimes vertes / ouvrant toute l’âme au grand amour du Père ».

Quant à la poétesse Desamparados Escrivá, également espagnole, elle a obtenu une mention d’honneur par son recueil Dénudant l’âme, œuvre de grande beauté, empreinte de la sensibilité propre à une âme amoureuse. D’excellents vers remplis de souvenirs expressifs se tissent et jaillissent de la plaie de l’amour : « Non, ce n’est pas moi qui ait découvert l’Amour, c’est Lui qui m’a rencontré…/ Je me perdis dans cette rencontre / et je vagabonde, perdue sur son océan ». L’expérience de l’absence comme celle de la présence ne sauraient manquer, pas plus que celle de l’union finale : « Avec Toi, il est des moments où je ne sais si je suis, / où je ne sais si Tu es, / où je sais seulement que nous sommes ».

Dans son message, le Président de la Fondation Fernando Rielo, le P. Jesús Fernández Hernández affirme que la poésie mystique est la plus excellente des poésies car elle définit, forme, forge, inclut, dialogue, et parce qu’elle est imprégnée d’expérience mystique qui est incluante, transformante, libératrice. Sa force priante, prophétique et de témoignage fait que la poésie mystique est porteuse de paix, de fraternité et de convivence. Stylistiquement parlant, la poésie mystique n’est pas liée aux canons classiques mais elle s’ouvre à d’innombrables possibilités d’expression et à la richesse interculturelle. Son domaine, selon Fernando Rielo, est un accord/colloque infiniment personnel avec la Très Sainte Trinité, le poète mystique par excellence étant le Christ.

Voici les noms des 9 autres finalistes : Antonio Bocanegra (Cadiz), Miguel Sánchez Robles (Murcie), Adela Guerrero Collazos (Cali), Theresia Maria Bothe (Sicile), Pilar Elvira Vallejo (Madrid), Mª del Pilar Galán García (Valladolid), Marcelo Galliano (Buenos Aires), Fernando Raúl Matiussi (Tucumán) et Desamparados Escrivá Vidal (Tarragone).

Le Jury était composé par Jesús Fernández Hernández, président de la Fondation Fernando Rielo, José Mª López Sevillano, critique littéraire et secrétaire permanent du Prix, Annalisa Saccà, poétesse et professeur de langue et littérature à l’Université Saint John’s de New York, Hilario Barrero, poète, traducteur et professeur à la City University de New York, Marie-Lise Gazarian-Gautier, professeur d’espagnol et de littérature latino-américaine à l’Université Saint John’s et David G. Murray, critique littéraire y philologue.

Au cours de la cérémonie, un concert fut offert par la célèbre harpiste María Rosa Calvo-Manzano, qui a parcouru les cinq continents pour donner plus de trois mille concerts et qui a reçu de nombreux prix. Elle est aussi membre de plusieurs Académies des Beaux-Arts et d’Histoire dans le monde.

Le Prix, réservé à des œuvres inédites, en espagnol ou en anglais, a été remis dans des instances comme l’ONU, l’UNESCO, le Sénat français et le Capitole de Rome. Le comité d’honneur était composé de différents membres de l’Académie Royale Espagnole, dont Darío Villanueva, son directeur, de recteurs d’universités, de poètes et de professeurs de littérature.

Le caractère œcuménique du Prix a permis à des poètes de différentes confessions chrétiennes (qui représentent la majorité) ou à des poètes non chrétiens de le remporter, preuve –s’il en était besoin– de la capacité de la poésie mystique à unir les cultures et les religions.

Brève biographie d’Antonio Martín de las Mulas (Madrid, 1977)Antonio Martín de las Mulas, né à Madrid en 1977, est licencié en Droit à l’Université CEU-San Pablo de Madrid, bien qu’il ait commencé par faire deux ans de philosophie. Il a exercé en libéral avec succès pendant près de quinze ans. En 2015, il décide de partir à Medellín (Colombie) et de se dédier, en tant que père de famille, à la vie missionnaire. Il est catéchiste pour des enfants d’un des quartiers les plus défavorisés de la ville de Bello. Il fait également partie du groupe Marie, Reine de la Paix de Medellin, en lien avec la spiritualité de Medjugorje. Comme poète, il a reçu plusieurs récompenses, parmi lesquelles le premier prix du XIIème cercle de poésie Rodrigo Caro en 2003. Ses poèmes ont été publiés dans diverses revues littéraires et anthologies.

Extraits du recueil Vendredi Saint :

J’entends vos respirations,
vous êtes ici avec moi respirant
dans les creux éternels des airs,
les âmes des siècles et les nuits sans dormir,
les longues descendances assumées,
vous êtes ici avec moi
respirant.
Aujourd’hui je meurs pour vous de cette manière,
nous sommes brisés,
même à cette hauteur des respirations.
Voilà la respiration du Fils de l’Homme,
ma respiration de mort dans ce champ ouvert,
ma manière de vivre
dans cette pièce lugubre du monde,
dans cette vie
lorsque l’on arrive à la hauteur du Crâne,
et qu’on voit ;
lorsque l’on arrive, exposé au soleil, debout
sur une croix
sur le mont intérieur de vos vies
et qu’on voit,
et qu’on voit.

********

Aujourd’hui je contemple tes paupières vaincues,
leur écroulement, seules face à la secousse du monde,
leur vision recueillie
contre les grandes portes de la nuit.
Je vois que tu as perdu l’envie de vivre,
qu’on dévore en toi
ces vieux abîmes d’un silence fermé.
Je sais que tu n’y vois pas d’issue,
que tu es prêt à t’écrouler, que tes forces
se dissolvent, humaines, telle la fumée d’un feu
qui s’élève vers les hauteurs.
Allez, mon petit, prends ma main, et tiens-moi,
aie courage dans l’attente des grandes chutes.
Je me trouve dans le martyre des hommes, où je traîne
la peau en lanières par ta désolation.
Je veux injecter ta vie dans l’espérance
d’un lendemain infaillible entre mes bras.
Regarde-moi… ne défaille pas, mon fils,
Je suis avec toi,
Je crois en toi.