Le cœur de la femme cananéenne se confond avec celui du Christ! Commentaire du P. Jesús Fernández sur l’Évangile du 16 août

By 17 août, 2020Évangile, Para leer

De nombreuses personnes viennent au Christ en quête de soulagement et de libération de leurs souffrances. C’est le cas de la femme cananéenne. Le travail apostolique que le Christ accomplit avec cette femme est impressionnant, au point de révéler une foi qui était cachée dans son cœur. Comme c’est parfois le cas pour beaucoup d’entre nous. Elle utilise la pédagogie de l’insistance avec le Christ. La femme cananéenne n’adore pas Dieu dans un temple mais sur une montagne, et elle ne partage pas la même culture qu’Israël et, cependant, le Christ la présente comme un exemple de foi.

L’Évangile propose une expérience de foi comme adhésion à la personne du Christ. C’est très important. La Cananéenne, par exemple, parle de la foi comme d’une expérience de vie. On grandit en vivant l’expérience du Christ avec intensité, c’est pourquoi cette femme croit que le Christ peut guérir sa fille diabolisée. Malgré les obstacles apparents que le Christ lui présente, elle continue à insister.

Le cœur de la femme cananéenne se confond avec celui du Christ dans un acte de foi unique. C’est le chemin que l’Evangile indique à chacun d’entre nous. La foi de cette femme n’a rien à voir avec la routine ou la médiocrité, et encore moins avec l’ennui. C’est une foi vivante, qui supplie. C’est une foi énergique mise à l’épreuve par Jésus-Christ lui-même. C’est une foi dans le Christ qui touche vraiment. C’est une foi qui rompt avec ses traditions culturelles et religieuses. La foi de la femme cananéenne n’a rien à voir avec une foi faible, légaliste, elle rompt avec les schémas que nous avons dits auparavant, rigides. La foi produit toujours des fruits. Mais les fruits sont produits lorsqu’il y a une véritable conversion. Pour cesser de nous regarder et regarder Dieu et c’est ce qui est arrivé à la Cananéenne, elle a changé devant la présence du Christ.

Il en va de même pour nous dans notre prière, devant la présence du Christ, nous devons changer tant de choses qui nous éloignent de Lui. Le premier fruit a été la foi qui a fait le miracle de la guérison de sa fille. Un autre changement ou conversion chez la femme cananéenne a été son humilité. Elle a accepté l’apparent rejet du Christ, puisant dans son cœur une foi inédite en elle. C’est pourquoi, unis au Christ comme le Cananéen, nous porterons du fruit, et le premier est notre conversion. Cette conversion doit se manifester dans notre foi. Cette foi qui déplace de grands obstacles, comme le dit le Christ. Porter des fruits de conversion est la loi de l’amour, c’est la loi de l’Evangile.

Ne nous laissons jamais décourager par nos péchés, ni par nos misères. Ne regardons jamais en arrière, c’est ce que veut le prince des mensonges. Les saints sont des personnes qui ont cru à l’amour du Père, se sont humiliés devant le Christ, en reconnaissant leurs faiblesses. Les saints sont des gens comme nous. Ils avaient un visage comme le nôtre, mais avec un regard de miséricorde pour les autres. Mais leur foi en Christ était transparente dans leur propre visage, dans son regard.

Demandons au Christ de nous aider à nous comporter comme la femme cananéenne. Que le dialogue entre le Christ et la femme cananéenne soit une véritable prière, doit être au centre de nos vies.

Laissons-le faire son travail en nous, le travail du Christ dans notre cœur. Ce serait notre bonheur.

Leave a Reply