La tentation d’un chrétien est un christianisme sans croix, commentaire sur l’Évangile du 30 août

Dans l’évangile d’aujourd’hui, le Christ n’exalte pas la souffrance pour le plaisir de souffrir. La tentation d’un chrétien est un christianisme sans croix. Pour cela Pierre réagit avec le Christ: “Alors Pierre le prit à part et commença à le déranger. Pierre imagine que Jésus, sentant fortement l’hostilité dont il est l’objet, s’est laissé décourager. Il n’a certainement rien à voir avec cela et c’est pourquoi Pierre lui dit: “A Dieu ne plaise, Seigneur, que cela vous arrive!”.

Le Christ traite Pierre comme il a traité Satan, le tentateur dans le désert. Sans s’en rendre compte, Pierre essayait de détourner le Christ de son devoir. Mais Pierre l’aimait tant. Parfois, les amis ne sont pas toujours clairvoyants dans leurs manifestations de sympathie, et Pierre le sera à nouveau lorsque, guidé par son amour pour Jésus, il arrive au patio du prétorium, où il le reniera à nouveau. Cela peut nous arriver et cela peut nous arriver en ce moment même.

Pierre a éloigné Jésus du chemin tracé pour lui par son Père qui est aux cieux. Le Christ dit à Pierre: “Eloigne-toi de moi!” Tu n’es pas bon, tu te caches. Pauvre Pierre, il pensait bien faire comme il nous arrive parfois avec le Christ, nous croyons que ce que nous faisons est pour le Christ, mais il y a toujours quelque chose qui nous appartient, et c’est ce qui est arrivé à Pierre, autre que la crainte que quelque chose puisse arriver au Christ à Jérusalem.

Il y a peu de temps, lorsque Simon a déclaré: “Tu es le Fils du Dieu vivant! Il faut se rendre compte que cette expression n’a été prononcée qu’il y a peu de temps et que peu de temps après, il parle déjà d’une manière différente et le Christ le lui fait reconnaître immédiatement, comme cela nous arrive à nous aussi, et nous devons accepter cette correction de l’amour que le Christ nous fait, parfois tous les jours..

À ce moment, Pierre parle inspiré par le Père, lorsqu’il dit: “Tu es le Fils du Dieu vivant”, avant la question du Christ: “Qui disent-ils que je suis?, et que dites-vous? Bien sûr, à ce moment-là, Pierre ne parle pas comme un simple homme mais inspiré par le Père. Parfois, nous avons ce double aspect.

Malgré ces dures paroles du Christ à Pierre, le Christ connaissait très bien toute la bonté de Pierre, c’est pourquoi plus tard Il le nommera chef de l’Eglise. L’erreur de Pierre est de se laisser dominer par la première impulsion, comme quelque chose d’instinctif, qui n’est pas passé par le silence de la prière. C’est aussi quelque chose que le Christ nous dit: “Ne soyons pas spontanés, cette spontanéité qui peut être brutale, doit passer par le silence, par la réflexion”.

Le scandale n’est pas que Pierre ait incité les apôtres au mal, mais que par ses paroles il les ait évités et éloignés du bien, de l’exercice de la bonté. Se laisser emporter par la sentimentalité, c’est ce qui est arrivé à Pierre. Ce fait doit nous inciter à ne pas être impulsifs, à être réfléchis. Par exemple, le mot ‘scandale’ que le Christ utilise également à propos de Pierre, nous savons que sa signification, son origine, était l’obstacle qui était mis aux chevaux pour être pris et pratiquement mourir parce que leurs jambes étaient totalement défectueuses. C’étaient les obstacles. Aujourd’hui, elle est presque entièrement passée dans le domaine moral.

La loi de Moïse, par exemple, interdisait de placer des obstacles sur le chemin d’un aveugle, une pierre ou une corde, qui le ferait trébucher et tomber. Ainsi, lorsque le Christ dit que nous sommes un aveugle à la tête d’un autre aveugle, il parle des aveugles qui se voient parfois mettre des obstacles sur leur chemin pour tomber. C’est une occasion de faire tomber le ‘scandale’. C’est un scandale de dire quelque chose qui incite l’autre à faire le mal ou à l’empêcher de faire le bien, et c’est vraiment la faute de Pierre.

Le Christ dans les béatitudes, qui est sa propre doctrine, nous exhorte à prendre la croix de la difficulté quotidienne et à le suivre et “quels sont les obstacles sur le chemin de l’amour ou de la sainteté? L’envie, la jalousie, l’orgueil, l’égoïsme, le fait de ne pas savoir demander pardon, l’imprudence, etc. Ce sont les obstacles que nous mettons en travers de notre chemin et qui nous font tomber dans le domaine moral et dans le domaine spirituel. Avec la prière, avec l’Eucharistie et en vivant l’Evangile, ces obstacles disparaissent.

Leave a Reply