Les grands fruits du cours de FFR sur l’éducation à l’UIMP de Valence (Espagne)

“Verité, bien et beauté dans les nouveaux chemins de l’éducation” est le titre du cours qui s’est tenu au siège de l’Université Internationale Menéndez Pelayo de Valence (Espagne) du 18 au 20 septembre, sous le parrainage de la Fondation Fernando Rielo.

Les objectifs du cours se sont concentrés sur la réflexion sur les fondements de l’éducation dans une société multiculturelle, en soulignant l’importance des sciences humaines pour une formation intégrale de la personne, et en montrant la richesse de la multidisciplinarité pour un dialogue ouvert avec la contribution des différentes connaissances. Nous avons couvert des disciplines telles que la philosophie, la pédagogie, l’art (par la peinture), la littérature, la théologie et l’action sociale.

Lors de la cérémonie d’ouverture, présidée par le directeur de l’UIMP de Valence, M. D. Agustín Domingo Moratalla, directeur du cours, Mme Juana Sánchez-Gey, professeur à l’Université autonome de Madrid, a pris la parole.

Mª del Carmen García Viyuela, Vice-présidente de la Fondation Idente d’Études et de Recherches, entité collaboratrice dans le cours, a souligné l’importance du domaine de l’éducation, et le réductionnisme idéologique d’un relativisme subjectiviste, que nous subissons dans la vision de l’être humain et, par conséquent, de son éducation, qui le pousse à ne pouvoir offrir d’horizons significatifs d’où bâtir sa propre vie. En tant qu’éducateurs, nous devons approfondir et tenter de résoudre les grandes questions qui préoccupent profondément la vie des êtres humains, et en particulier des jeunes “, a-t-il souligné. L’éducation a besoin d’un fondement métaphysique et anthropologique qui nous permette d’avoir une vision de la grandeur de notre constitution personnelle qui contemple à la fois notre ouverture spirituelle transcendante et les dimensions psychologique, somatique et sociale de notre nature.

Le Président de la Fondation Fernando Rielo a remercié l’UIMP pour son accueil et a affirmé que les attributs de réalité absolue, Vérité, Bonté et Beauté, sont aussi des attributs de toute autre réalité et, parmi eux, de l’être humain, parce que l’être humain naît créatif de l’Absolu. Que ce séminaire, dit-il, nous rende plus conscients que la vérité, la bonté et la beauté convergent dans l’amour. Un amour qui n’est pas réducteur mais relationnel avec Dieu, avec l’homme et avec la nature, et dont l’éducation est ce qui fait sortir l’homme de lui-même pour s’unir et se donner aux autres.

La cérémonie d’ouverture s’est terminée par les paroles du directeur de l’UIMP, qui a souligné la catégorie humaine et intellectuelle des intervenants participant au séminaire, la richesse des différentes perspectives qui devaient être présentées, et le fait que les perspectives transcendantales devaient être traitées dans l’harmonie d’un horizon éducatif, qui comprend les dimensions éthique, esthétique et épistémologique.

Juana Sánchez-Gey, professeur à l’Université Autonome de Madrid et directrice du cours, qui a donné une introduction au moment éducatif dans lequel nous sommes installés, puis est passé à la contribution de Fernando Rielo, dont le modèle part de l’absolu, avec une claire vocation métaphysique, pour expliquer ce qu’est la nature humaine.

D. Jesús Conill, professeur de philosophie morale et politique à l’Université de Valence, dans sa conférence intitulée “Eduquer la personne humaine à partir de l’intimité corporelle” a souligné comment nous devons partir de la condition humaine et nous demander le pourquoi et le qui de l’être humain. L’éducation doit atteindre l’intimité de la personne parce que si ce n’est pas le cas, il n’y en a pas.

Yolanda Ruiz a commencé sa présentation, intitulée “Nouveaux horizons éducatifs”, en soulignant que l’éducation est confrontée à un changement d’époque qui représente un énorme défi auquel Scholas Occurrentes tente de répondre. L’école comprend qu’il est important de transformer l’éducation traditionnelle et d’ouvrir la voie à l’intégration de différentes réalités sociales par le dialogue et la rencontre.

Dans sa conférence sur la “Pédagogie de l’extase”, qui est une contribution de Fernando Rielo à l’éducation, le Dr José Mª López Sevillano a commencé par distinguer ce qui est mystique et ce qui ne l’est pas, et nous a ensuite fait découvrir la signification de l’extase. Pour Fernando Rielo, souligne-t-il, le mysticisme est la science de l’amour divin. L’ecstasy signifie sortir de l’étatisme, mais elle n’a rien à voir avec l’aliénation. Il a souligné que l’ecstasy apparaît comme un paramètre qui augmente l’unité de l’être humain dans ses différents niveaux (spirituel, psychologique et corporel) et il a expliqué comme caractères spécifiques du premier, le préventif, le transformateur, la simplicité et la fermeté, concluant que, comme l’amour, l’ecstasy est inclusive, potentialisatrice et dialoguante.

Juana Sánchez-Gey a ensuite développé un séminaire sur le programme “Philosophie pour enfants”, créé par Matthew Lipman. Il est basé sur l’idée qu’en tant qu’enfants, nous voulons tous être philosophes. Comprendre que la philosophie doit être orientée pour la vie, et doit nous aider à chercher les raisons ultimes de la vie, à penser en commun.

Dans la table ronde qui a eu lieu sous le même titre que le cours, également animée par Juana Sánchez-Gey, professeur de sociologie de l’Université Complutense et poète, Mª Antonia García de León, a commencé son intervention, joignant sa réflexion littéraire à la récitation d’un de ses poèmes de son dernier livre. Ensuite, le professeur Dr. D. Jaime Vilarroig, professeur à la CEU de Castellón, a fait une réflexion philosophique sur la vérité, la bonté et la beauté à travers des histoires paradigmatiques, aussi connues sous le nom de hotte rouge. Dans son intervention, il a souligné qu’il est inapproprié pour un enseignant d’éduquer au mensonge, au mal ou à la laideur. José Vicente Bonet, professeur à l’Université Catholique de Valence, a souligné la nécessité de recycler les vertus par rapport aux vertus transcendantes, bien que le problème réside dans le fait que le langage des vertus semble démodé mais il est nécessaire de souligner leur importance. Enfin, Alicia Puchalt, vice-présidente de la Fondation Fontilles, a expliqué la beauté de l’amour qui est l’histoire de Fontilles, qui est née pour accueillir une douleur grave : les personnes atteintes de la lèpre et a développé un projet où ils donnent une main vérité, bonté et beauté.

Cette table ronde a été complétée par un concert, précédé d’une interview du directeur de la Fondation Fernando Rielo, Ascensión Escamilla, qui a montré l’importance de la musique dans l’éducation à ces valeurs transcendantales, à travers l’expérience de vie et l’art du compositeur Juan Montesinos (qui a composé un hymne en hommage à la figure de Fernando Rielo et à son œuvre), Concepción Darijo, soprano et professeur au Conservatorio Superior de Música Salvador Seguí à Castellón, et le jeune organiste et pianiste Rafael Guillem Guerrero.

” Beauté, vérité, bonté : une proposition intégratrice de spiritualité et de théologie ” est le titre de la conférence donnée par D. Vicente Tur Palau, professeur à la faculté de théologie San Vicente Ferrer de Valence, montrant que cette question est compatible entre science et foi ? elle ne doit pas être posée comme un dilemme. Dans l’univers, tout semble avoir été préparé pour que la vie et plus encore l’être humain aient pu avoir lieu, mais le scientisme dit qu’il n’y a pas de projet, mais le hasard. Il a ensuite développé la portée de la relation entre la créativité, la spiritualité et la théologie, concluant que les mystiques sont dans leur expérience avec la vérité, la bonté et la beauté.

Le professeur de l’Université de Valence et magnifique poète, Jaime Siles, dans sa conférence intitulée “La littérature en tant que paideia esthétique et morale”, a fait un parcours historique sur la figure des poètes et la mission sociale qu’ils ont accomplie à différentes époques, à commencer par la Grèce classique, où la peur avait la mission de chanter les actions des héros, mais aussi celle d’enseignement moral, et enfin par Federico García Lorca, dont il disait être très conscient que le théâtre avait une mission pédagogique et qu’il demandait des modèles de pouvoir.

Lors de la cérémonie de clôture, le directeur du cours s’est dit satisfait de la qualité des présentations, de l’intérêt suscité chez les étudiants et de leur participation enthousiaste aux colloques et s’est fait l’écho de leur volonté de continuer à approfondir ces thèmes fondamentaux.

Vicente Botella Cubells, Doyen Président de la Faculté de Théologie de San Vicente Ferrer, a souligné l’importance de la présence de disciplines telles que la théologie et la spiritualité dans ces cours, qui reflètent la dimension transcendante de la personne sans laquelle nous ne pouvons parler d’éducation intégrale.

Dans ses derniers mots, D. Jesús Fernández, Président de la Fondation Fernando Rielo, en plus d’exprimer sa gratitude à chacun des participants, a souligné que, bien qu’avec une terminologie différente, et au-delà de l’érudition et de la simple information, toutes les interventions ont servi à nous faire prendre conscience des multiples perspectives qu’offre ce que Fernando Rielo appelle “l’éducation en extase”, qui ne fait que croître continuellement en amour et amitié, de manière à nous enrichir, en tant que peuple, en nous recevant, écoutant et dialogue et en cherchant à donner tout notre meilleur.

Le directeur de l’Université Internationale Menéndez Pelayo, Dr. D. Agustín Domingo Moratalla, a clôturé le cours en invitant à poursuivre le travail entrepris, étant donné que c’est un domaine, celui de l’éducation, fondamental et plein de défis, qui nécessite une base anthropologique solide et qui exige un pacte national et global.

Leave a Reply