Skip to main content
Évangile

C’est moi qui t’ai choisi | Evangile du 5 mai

By 1 mai, 2024mai 4th, 2024No Comments
Print Friendly, PDF & Email


Evangile selon Saint Jean 15,9-17:

«Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie.
»Mon commandement, le voici: Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera. Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres».

C’est moi qui t’ai choisi

Père Luis CASASUS, Président des Missionnaires Identès

Rome, 5 mai 2024 | VIe dimanche de Pâques

Actes 10, 25-26.34-35.44-48 ; 1Jn 4, 7-10 ; Jn 15, 9-17

L’amour dont parle le Christ n’a rien à voir avec l’éros, l’affection, l’amitié… ou ce que vous et moi pensons être la charité. L’amour que le Christ nous demande est un véritable voyage, beau, certes, mais plein de surprises, de nouveaux défis. C.S. Lewis a écrit à juste titre que le seul endroit en dehors du Ciel où l’on peut être parfaitement à l’abri de tous les dangers et perturbations de l’amour est l’Enfer (The Four Loves, 1960).

Mais nous ne devons pas nous sentir gênés. Un expert de la Loi de Moïse a également posé au Christ une question plutôt embarrassante : Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? (Lc10,25). Bien que le Maître lui ait donné une réponse consolante, confirmant que l’amour de Dieu et du prochain est tout, la vérité est que le scribe a commis une erreur de logique : nous n’héritons pas de quoi que ce soit en faisant quelque chose. L’héritage reflète la volonté d’une personne quant à la destination de ses biens, si bien qu’il y a parfois des héritiers indignes et pervers qui reçoivent un héritage précieux et de grande valeur.

Comme beaucoup de juifs de son époque (et beaucoup d’entre nous), ce spécialiste de la Loi avait une pensée arrogante et autosuffisante, se croyant capable d’accomplir des actes d’amour qui lui mériteraient la vie éternelle. Pourtant, le Christ avait déjà expliqué dans la parabole du semeur que l’on peut distinguer la terre fertile qui a reçu la Parole par les fruits qu’elle porte, et avant tout par le fruit moral de l’obéissance à cette Parole. Ce scribe, s’il avait été bien intentionné, aurait dû demander : Comment puis-je être sûr que j’appartiens au peuple de Dieu, que je suis l’un de ceux qui héritent du royaume des cieux ?

Cela explique pourquoi Jésus a poursuivi sa clarification avec la parabole du bon Samaritain, qui est magistrale et admirable à bien des égards, mais il convient de noter que dans la mentalité juive du premier siècle, il ne pouvait y avoir de “bon Samaritain”.

Chaque jour, des supplications étaient adressées à Dieu pour l’implorer de leur refuser toute participation à la vie éternelle. De nombreux rabbins disaient même qu’un mendiant juif devait refuser l’aumône d’un Samaritain parce que son argent même était contaminé.

Mais en choisissant une personne d’une ethnie aussi détestée, le Christ nous fait comprendre qu’en réalité, l’amour de l’Évangile, la charité, est si uni et si dépendant du don de la miséricorde, que “même un Samaritain”, en acceptant ce don, peut être capable de vivre l’amour le plus sublime et le plus conforme à ce qu’a vécu le Maître. C’est cela hériter de la vie éternelle.

C’est dans ce sens que Pierre s’exprime dans la première lecture, en disant : Dieu ne fait pas de distinctions, il accueille ceux qui le craignent et pratiquent la justice, quelle que soit leur nation.

Certes, nous ne sommes pas précisément xénophobes ou racistes, mais sommes-nous capables de manifester un amour et une affection visibles et immédiats à l’égard de la personne qui nous contredit ?

—ooOoo–

Le Christ donne à l’amour le statut de commandement. Mais la vérité est que nous avons la capacité et la liberté de ne pas aimer, surtout de ne pas correspondre à l’amour qui nous a été donné, même s’il vient d’un être omnipotent….

Quand Israël était un enfant, je l’ai aimé, et j’ai appelé mon fils hors d’Égypte. Mais plus je l’appelais, plus il se détournait de moi : il offrait des sacrifices à Baal et des holocaustes aux idoles (Osée 11,1-2).

Le Christ n’impose pas une nouvelle loi. D’abord, parce qu’il n’entend pas supprimer la richesse de l’ancienne loi ou de toute religion. Et aussi parce qu’il veut nous ouvrir les yeux sur une réalité : si l’amour du prochain, qu’il soit bon ou mauvais, est parfois difficile et demande toujours de donner sa vie, d’une manière ou d’une autre, il s’avère que la vertu la plus salutaire est la charité, comme le disait notre Père Fondateur. C’est une façon de nous rappeler que chaque fois que j’essaie de me placer au-dessus des autres, avec mes opinions et mes désirs les plus estimés, non seulement je manque une occasion d’être un ambassadeur du Christ, mais je gaspille et je détruis ma propre existence avec de fausses sécurités.

L’amour est une forme de respiration spirituelle, quelque chose que nous ne faisons pas seulement lors d’occasions spéciales, mais à chaque instant. Bien que nous reconnaissions que nous ne le faisons pas de cette façon, cela devrait être notre aspiration. Notre Père Fondateur était d’accord avec nous et a cité Saint Jean de la Croix : Apprenez à aimer Dieu comme Dieu veut être aimé et laissez votre condition.

Même dans les plus petits détails, dans les questions qui ne semblent pas importantes, nous avons l’occasion de manifester notre amour, s’il est vraiment inspiré par la miséricorde divine.

Une jeune femme entra dans un magasin de tissus et demanda au propriétaire s’il avait du tissu de couleur blanche, bruyant et crissant. Le propriétaire, un peu surpris, fouilla dans l’inventaire et trouva finalement deux rouleaux de tissu qui correspondaient à la description. Alors qu’il coupait le tissu selon les spécifications de la cliente, il demanda avec curiosité pourquoi la femme voulait un tissu aussi inhabituel et bruyant. La jeune femme répondit : Je suis en train de confectionner ma robe de mariée et mon fiancé est aveugle. Lorsqu’il descendra l’allée, je veux qu’il sache que je suis arrivée à l’autel, pour qu’il ne se sente pas mal à l’aise.

—ooOoo—

Parmi ceux que Jésus appelle “ses amis”, on trouve Simon, un révolutionnaire zélote, Pierre, un personnage au caractère difficile, Matthieu, un collecteur d’impôts détesté, Judas, un traître, et deux frères ambitieux et quelque peu obstinés (Jacques et Jean). Bien sûr, le critère du Christ pour choisir ses amis n’était ni l’affinité, ni la complémentarité, ni les intérêts communs, comme le prétendent de nombreux psychologues sociaux. Mais comme il s’agissait d’une communauté avec toutes sortes de difficultés personnelles et interpersonnelles, nous avons nous aussi l’assurance que nous pouvons être choisis comme ses amis, malgré les limites ou les vices qui nous caractérisent.

Le signe de cette amitié est clairement défini par le Christ : Je vous ai appelés amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Et qu’est-ce que Jésus a entendu de son Père ?Essentiellement la douleur de l’amour non partagé que nous avons évoquée plus haut. Lorsque nous sommes capables de communiquer, d’écouter et de partager la “douleur de l’amour” (comme le dit notre Père Fondateur), nous pouvons alors parler d’une véritable amitié.

On raconte l’histoire d’une vieille femme très généreuse et inculte qui était restée soixante-dix ans au service d’une noble, de son enfance à sa vieillesse. La maîtresse était décédée et, pour consoler cette vieille servante, une voisine lui dit : Je suis vraiment désolée de la mort de Doña Mercedes. Elle doit beaucoup vous manquer. Je sais que vous étiez vraiment très amies.

Oui, répondit la servante, je regrette beaucoup sa mort, mais nous n’étions pas amies.

Mais si, répondit la voisine, je sais que vous l’étiez. Je vous ai vu rire et parler ensemble à plusieurs reprises.

C’est vrai, acquiesça la femme de chambre, nous avons ri ensemble et beaucoup parlé, mais nous n’étions que des “connaissances”. Vous voyez, madame, nous n’avons jamais versé de larmes ensemble. Je crois que les gens doivent pleurer ensemble pour pouvoir se considérer comme des amis.

Cette amitié du Christ, caractérisée par le fait qu’il nous fait connaître ce qu’il entend du Père, n’est pas une question d’information ou de secrets mystérieux. Il s’agit de sa réponse à notre petit mais sincère acte d’attention, de son acte de confiance lorsqu’il nous confie la tâche de rendre visible sa manière d’aimer.

Il ne s’est pas laissé impressionner par les foules qui l’écoutaient parfois, et c’est pourquoi il répète les paroles classiques et sévères de l’Ancien Testament : « Il me dit : ‘Va dire à ce peuple : Écoutez bien, mais sans comprendre ; regardez bien, mais sans reconnaître.’ » (Isaïe 6,9). Il était admiré par beaucoup, qui lui étaient reconnaissants pour les guérisons et autres miracles, ainsi que pour les changements dans la vie morale de certains. Mais ce que le Maître attendait et attend aujourd’hui, ce n’est pas simplement que nous l’admirions et que nous devenions un peu meilleurs : c’est que nous allions porter du fruit, et que notre fruit demeure.

Si nous sommes vraiment capables de nous faire des amis, ce qui est le début de notre action apostolique, bien sûr nous porterons un fruit qui demeure. Et il demeure éternellement, en commençant par une réception spéciale au ciel : Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. (Lc 16,9).

Dans cette vie, l’un des fruits que le Christ mentionne aujourd’hui est que notre joie sera complète. Et il en est ainsi : l’amour du Christ atteint tous les hommes. J’ai beau aimer un, deux ou plusieurs êtres humains, si quelqu’un reste en dehors de mon amour, si je ne trouve pas le moyen de lui manifester mon amitié, je ne peux pas être pleinement heureux.

En effet, nous avons tous fait l’expérience de vivre une relation d’amitié avec quelqu’un et de contempler ensuite avec douleur comment cette relation se transforme en indifférence ou même en haine. L’amitié humaine, celle que nous pouvons vivre avec nos forces, est bien limitée. L’amitié que le Christ nous permet de vivre, si nous l’imitons, ne pose pas de conditions aux autres et est toujours le fruit d’une inspiration nouvelle, originale. Chaque ami est différent.

—ooOoo—

Le discours du Christ aujourd’hui peut sembler contradictoire : d’une part, il nous appelle amis et, d’autre part, il nous dit que ce que nous devons faire, c’est obéir à ses commandements et faire ce qu’il nous ordonne. Il ne s’agit pas de comprendre intellectuellement ces phrases, mais plutôt de vérifier et de déclarer que c’est bien le cas dans ma vie personnelle. Nous sommes impuissants à aimer vraiment si nous ne comptons pas sur Lui, c’est pourquoi nous devons obéir, être fidèles à ses instructions, obéir à ses commandements et surtout être fidèles aux Conseils évangéliques : ils sont la porte d’entrée de la charité.

Nous pouvons voir dans l’Ancien et le Nouveau Testament comment Dieu appelle Abraham son ami(Isaïe 41,9), et comment le Seigneur a parlé avec Moïse face à face, comme on le fait avec un ami (Exode 33,11). Et aujourd’hui, Jésus rappelle à ses disciples qu’ils sont des amis. Mais cela ne suffit pas. Nous devons en prendre conscience et raconter et partager avec d’autres l’histoire de notre amitié avec le Christ. C’est une histoire vraie, qui montre qu’une chose est de dire à quelqu’un que je suis son ami ; une autre est que cette personne me reconnaisse comme son véritable ami.

Notre amitié avec le Christ ressemble à l’amitié que Moïse, Abraham, Pierre ou Jacques, qui a demandé à Jésus d’envoyer le feu sur une ville samaritaine, ont eue avec Dieu. Nous sommes sans cesse accueillis et pardonnés. S’il est bon de se souvenir de nos erreurs, c’est surtout pour se rappeler comment le pardon correspondant a eu lieu, comment la Providence a placé la bonne personne, le bon événement, la bonne personne, la bonne personne. S’il est bon de se souvenir de nos erreurs, c’est surtout pour se rappeler comment le pardon correspondant a eu lieu, comment la Providence a placé la bonne personne, le bon événement, le bon sentiment pour nous donner l’assurance que nous ne serons jamais rejetés, même si nous avons répondu NON, de bien des manières, à la voix divine.

_______________________________

Dans les Cœurs Sacrés de Jésus, Marie et Joseph,

Luis CASASUS

Président