Commentaire du P. Jesús Fernández sur l’Évangile du dimanche 19 juillet (Mt 13, 24-43)

By 19 juillet, 2020août 10th, 2020Évangile, Para leer

L’Évangile d’aujourd’hui nous parle surtout de la parabole du semeur et de l’ivraie. Notre esprit et notre volonté sont comme un champ qui doit être préparé, qui doit être fertilisé. La prière prépare notre esprit et notre volonté et la bonne graine porte ses fruits dans des pensées positives et généreuses, dans le désir de faire le bien et de ne faire de mal à personne. Mais parfois, nous ne consacrons même pas une minute à Dieu, sans penser à nos intérêts, à ce que je dois ou ne dois pas faire à ce moment-là.

Nous devons savoir qu’à chaque instant de notre vie, le Christ a pensé à toi comme il a pensé à moi et il t’aimait malgré sa vie douloureuse; malgré sa passion et sa souffrance, il avait vos besoins devant son esprit et ses yeux. Toutes ses joies, il a voulu les partager avec toi, surtout dans la prière et l’Eucharistie. Le Christ dans sa passion et sa mort a eu la certitude de votre sainteté, cette plénitude d’amour. Il a souffert les douleurs de la naissance, comme le dit saint Paul, pour votre bonheur, avec un amour immense et il vous demande seulement de lui faire confiance. Lorsque nous ne le faisons pas, c’est alors que le malin vient et introduit l’herbe qui est le découragement, qui est l’oppression, l’angoisse, la tristesse. cela fait partie des mauvaises herbes en plus de notre fierté, de notre égoïsme, de notre vanité, mais nous sommes convaincus d’avoir semé dans notre esprit et notre volonté des pensées positives et de bons désirs pour Dieu et pour les gens.

D’où viennent ces pensées? Le Christ le dit dans cette parabole: quand nous dormons, quand nous oublions vraiment d’avoir ces moments chaque jour de silence, en écoutant la voix de Dieu dans notre cœur. Nous pensons, par exemple, que les chuchotements ne sont pas si mauvais, et nous le faisons, et cela fait partie des mauvaises herbes. Que souhaiter quelque chose de mal aux gens n’est pas si mal. Au début, nous ne voyons pas la différence entre certaines pensées positives et celles dont nous savons qu’elles ne sont pas si positives. Mais au fil du temps, elles commencent à grandir et ces pensées sont comme d’authentiques murs qui nous paralysent parfois et nous enlèvent la joie et le bonheur du cœur.

Nous devons savoir que le Saint-Esprit a pour mission de purifier, de nettoyer, d’éliminer les mauvaises herbes. C’est pourquoi le Christ dit : ‘Attendez, c’est Lui qui va le faire!’ Tout ce que vous avez à faire, c’est de ne pas offrir de résistance et Il le fera pour vous, mais vous ne devez pas offrir d’obstacles, ni l’empêcher, ni le laisser pour demain quand l’Esprit vous dira: ‘maintenant, en ce moment!’.

Par exemple, chez les égoïstes qui sont exagérément égoïstes, nous avons tous un certain égoïsme, mais je parle de cette exagération qui déforme tout. Son amour du bien est, en somme, pour l’égoïste, l’amour de soi-même et c’est une confusion car l’amour exagéré envers soi-même est la mauvaise herbe et l’amour du bien est le grain de blé. Cette mauvaise herbe, cette ivraie vous rend rigide et avec elle vous perdez votre liberté, cette liberté intérieure qui est un don que Dieu vous a fait.

L’ivraie est ce que vous adorez, mais la bonne semence, le grain de blé, qui portera beaucoup de fruits, c’est l’amour de notre Père Céleste pour chacun de nous. C’est un amour qui est authentique, fort et clair. La bonne graine, le blé, a pour fruit un arbre feuillu qui suscite les questions suivantes : est-ce que j’agis par amour? est-ce que j’agis vraiment par amour? ou est-ce que j’agis par amour pour moi-même? pourquoi ou pour qui est-ce que je fais ce que je fais chaque jour? Pour l’amour de moi-même? Pour l’amour des gens?

L’origine et la fin de notre pensée est toujours Notre Père qui est aux cieux qui nous aime à la folie. L’herbe vous conduit de manière sauvage à rechercher de l’affection mais de manière désespérée et à être bien aimé. De cette mauvaise herbe dont nous savons qu’elle produit des fruits négatifs qui empêchent également la générosité et produisent la peur. Peur de quoi? Des échecs qui se produisent parfois dans la vie, qui favorise le mensonge, le manque de sincérité.

La mauvaise herbe fait grandir l’impatience et le désir d’être au-dessus des autres. Si nous faisons le bien, qui est le grain de blé, tout coule avec sérénité et paix. Il n’y a déjà plus à s’inquiéter de l’échec ou de ce que les autres diront de chacun de nous.

Leave a Reply