Visite du Président de l’Institut Id et de la Supérieure générale à Séville et Constantine

Le P. Jesús Fernández, Président des missionnaires identès, et María del Carmen García Viyuela, Supérieure générale des missionnaires identès (sœurs), ont visité les fondations de Séville et Constantine du 15 au 23 avril 2018.

La semaine a été intense où ils ont pu saluer les fidèles de la paroisse « L’Annonciation de Notre Dame et Saint Jean XXIII », confiée aux missionnaires identès, avoir une réunion avec les membres du Catéchuménat Idente, de la Famille Idente, de la Jeunesse Idente et avec quelques membres de la paroisse. Ils ont pu aussi rendre visite aux enfants de l’école « Concilio », qui appartient à la paroisse.

Ils ont aussi consacré une journée pour visiter la communauté des missionnaires (frères) qui se trouvent au monastère “La Victoire de Saint Joseph”, dans la ville montagneuse de Constantine et de s’entretenir avec les élèves de l’école de peinture « El Gurugú » qui a été lancée au monastère par l’artiste et professeure Carmen Meléndez, de la Famille Idente. Les œuvres de ce groupe, qui comprend des adultes et des enfants, sont en train d’atteindre une grande renommée non seulement dans la région mais aussi en dehors.

Le Président et la Supérieure ont pu partager avec des amis des missionnaires et avec des jeunes, que les missionnaires ont connus grâce à leur infatigable action apostolique et, qui, par leur parole et le témoignage de leur vie, sont en train de laisser un dépôt de paix et de joie chez les personnes qu’ils ont à leurs côtés.

Le Président a présidé la messe à la paroisse de Séville le dimanche 22 mai. Dans son ‘reste avec nous, je te le demande s’il te plaît, reste’. Car dans le cœur humain il y a trop d’obscurité, trop d’ombres, trop de tristesse. Reste avec nous et, si nous le lui demandons en vérité, le Christ entre en nous et il dirige nos pensées, imagination, créativité, sentiments… Et le Christ, comme après la résurrection, se présente à ses disciples et leur dit ‘la paix soit avec vous’, parce que le Christ est la paix, pour cette raison il dit ‘la paix soit avec vous’. Et que signifie cela ? Qu’il va m’aider à surmonter toutes mes difficultés si j’ai confiance en lui.

Confiance, ce mot si simple. Confiance signifie que j’ouvre mon cœur … Le Christ est la paix, le Bon Pasteur. Il donne la vie et il veut partager sa vie avec nous : une vie de miséricorde, de pardon. Ce qui nous coûte tellement même si nous récitons dans le Notre Père pardonne nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé. Nous le disons dans le Notre Père, mais le vivons nous ?

Si je regarde le Christ, il dissoudra les blessures que je porte dans mon cœur. Si je regarde les plaies du Christ, que vois-je en elles ? Pur amour. Mais Lui aussi, il regarde nos plaies qui ne sont pas toujours remplies d’amour. Il y a de la douleur, la souffrance, la vengeance, la haine. Il n’y a pas longtemps, en Afrique, une jeune me disait : ils ont tué mes parents, mes frères aussi, mes grands-parents ; je n’ai que haine et vengeance dans le cœur, que vais-je faire de tout ceci ? Je lui ai dit : la première chose c’est ne pas désirer te venger. Veux-tu tuer toutes ces personnes ? « Non. Je ne veux pas plus de morts ». Le premier échelon du pardon c’est de ne pas désirer se venger ; c’est le premier pas parce que le pardon n’est pas un mot, il est seulement un chemin comme l’amour, comme la sainteté, qui est la plénitude de l’amour, c’est un chemin qu’il faut parcourir et qui n’est pas facile. Mais le Christ est à notre côté et il nous fait surmonter toutes ces difficultés. Il est le Bon Pasteur. »

Le P. Jesús Fernández a aussi expliqué comment prier le Notre Père en adoptant l’attitude tendre d’un enfant vis-à-vis de son père. Dans la galerie des photos de cette nouvelle, vous trouverez une vidéo avec un fragment des paroles prononcées par notre Président.

Dans les différents moments partagés soit avec les communautés des missionnaires soit avec les autres personnes qu’ils ont pu saluer et connaître, ils n’ont pas cessé de montrer combien ils étaient proches d’eux et manifester leur affection et leur gratitude. Nous étions tous conscients des bénédictions que nous avons reçues à leur côté.

Leave a Reply