Skip to main content

Rencontres sur le rivage | 22 janvier

By 20 janvier, 2023Évangile, Para leer

Père Luis Casasus, Président des Missionnaires Identès

Rome, 22 janvier 2023 | IIIème dimanche du temps ordinaire

Esaïe 8:23b-9:3; 1Corinthiens 1:10-13.17; Mt 4:12-23.

Les voies de Dieu et les nôtres. Aujourd’hui, il est clair quel est le rapport, les dimanches du temps ordinaire, entre la première lecture et l’Évangile. L’Évangile est lu en continuité, tandis que des passages sont choisis dans l’Ancien Testament pour préparer la scène évangélique du jour. Aujourd’hui, par exemple, la prophétie sur la Galilée est un prélude à l’accomplissement de Jésus, qui commence son ministère précisément dans cette région.

La Première Lecture d’aujourd’hui est tirée d’Isaïe, qui a vécu la terreur de l’invasion assyrienne de la Palestine vers la fin du huitième siècle avant Jésus-Christ. Dans la région de Galilée, c’était comme si le chaos qui régnait avant la création, lorsque “les ténèbres couvraient l’abîme” (Gn 1, 2), était de retour. Les personnes déprimées avaient perdu tout espoir. Ils se résignèrent à voir la glorieuse “Voie de la Mer” qui, passant par la Palestine, reliait l’Egypte à la Mésopotamie et semblait être gardée à jamais par l’armée assyrienne.

En ce moment de rupture générale, la voix du prophète annonce : Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui vivent dans le pays de l’ombre de la mort, une lumière s’est levée (9,1).

C’est la promesse d’un renversement de situation. Se projetant dans l’avenir, Ésaïe voit les armées assyriennes se retirer et Israël reprendre sa vie dans la joie et la paix.

La lumière à laquelle le prophète fait référence était un nouveau roi, un descendant de la famille de David. Il était destiné à accomplir la mission de dissiper les ténèbres introduites par les envahisseurs étrangers.

Que s’est-il passé historiquement ? Rien. Les Assyriens ont continué à occuper les terres de Zabulon et de Nephtali pendant encore cent ans. Le prophète avait-il tort ? La perspective historique que nous avons est très étroite et limitée. Si nous ne voyons pas nos projets se concrétiser immédiatement, nous pensons que Dieu nous a oubliés. Il accomplit ses promesses, mais de manière inattendue et en temps voulu. Dieu ne fait pas d’erreurs.

Si les rêves du peuple de l’époque d’Esaïe s’étaient réalisés, d’autres oppresseurs auraient succédé aux Assyriens, car telle est la logique du monde. Le perdant est éliminé et le vainqueur doit immédiatement affronter d’autres adversaires.

Dieu n’entre pas dans ce conflit. Il a un plan qui modifie radicalement la logique répétitive et sans fin de la lutte pour le pouvoir. La prophétie se réalise, selon la logique de Dieu, 750 ans plus tard.

Lorsque Jésus est apparu sur la rive du lac, le royaume des Assyriens s’était déjà effondré depuis des centaines d’années, mais les ténèbres du monde n’avaient pas disparu. C’était les ténèbres du mal, de la violence, de l’oppression, de la corruption et de l’égoïsme. Cette obscurité n’a commencé à se dissoudre – comme le dira Matthieu dans l’Évangile de ce jour – que lorsque, avec le début de la vie publique de Jésus, une lumière a brillé sur les montagnes de Galilée.

Mais la conclusion de tout cela n’est pas simplement que nous sommes ignorants et impatients. Nous nous intéressons plutôt à deux conséquences : que personne ne peut défaire les plans divins et que, malgré les limites, nous sommes appelés à y participer activement.

-ooOoo-

2) Quelles cordes sensibles Jésus a-t-il touchées dans le cœur de ces pêcheurs de Galilée ?

Il serait fascinant d’entendre les premières conversations que le Christ a eues avec eux, comment il s’est intéressé à leur vie, à leurs problèmes et à leurs rêves. Il serait unique d’entendre comment il partageait avec eux sa passion pour ce que son Père lui avait donné à faire.

Ce qui est certain, c’est qu’il s’agissait de moments de pure expérience extatique, où ces hommes ont reçu la lumière et la force de quitter leur monde quotidien, plus ou moins confortable pour eux, et de se plonger dans un engagement envers une nouvelle communauté, avec des défis internes et externes, et tout cela sans comprendre pleinement ce que le Maître leur proposait.

Ces premiers disciples ont certainement senti que la possibilité s’ouvrait pour eux d’entrer réellement en union profonde et intime avec d’autres êtres humains et, en même temps, avec Dieu lui-même. Jésus commence par leur parler de pêcher des hommes”, et ces pêcheurs connaissaient sans doute des situations compliquées dans leur famille, des conflits au travail, des abus de la part des autorités… Même si leur connaissance des Écritures n’était pas profonde, ils avaient la certitude que les choses pourraient être meilleures dans leur vie personnelle, dans leurs relations, dans leur pays. Et, surtout, ils étaient convaincus qu’ils pouvaient faire quelque chose de pertinent pour amener d’autres personnes à un véritable bonheur, désiré dans leur cœur et annoncé dans les livres saints.

Bien sûr, nous nous sentons soulagés et reconnaissants lorsque quelqu’un nous aide à résoudre un problème, mais nous sommes si compliqués que nous avons du mal à accepter l’amour que nous recevons. Parfois parce que nous nous en sentons indignes ; parfois parce que nous avons l’impression que “nous devons payer la dette” et, malheureusement, aussi parce que notre orgueil en prend un coup et nous dit que nous serions mieux en étant autosuffisants.

Le Christ n’a pas raccommodé les filets des pêcheurs ou ne leur a pas payé un nouveau bateau ; il leur a offert la possibilité de faire un bien durable et profond et de transmettre la plénitude de vie aux autres. Il est très difficile de ne pas accepter cette offre, même si vous et moi le faisons souvent. C’est pourquoi la vie du jeune homme riche, qui a refusé de suivre le Maître, a probablement été très malheureuse à partir de ce moment-là.

Les pêcheurs de Capharnaüm ont commencé à vivre une extase permanente. Il faut pour cela être conscient que les gens nous attendent, qu’ils ont besoin de nous en dépit de notre petitesse. C’est un peu comme ce qu’un amoureux dit de la personne qu’il aime : “Nous sommes nés l’un pour l’autre”. Mais le Christ nous fait voir qu’il ne s’agit pas d’un simple désir personnel, mais d’une Providence qui nous rassemble, nous rapproche de notre prochain, toujours pour quelque chose de nouveau et de grand. Même si parfois, tout cela semble être une coïncidence, ce n’est pas le cas.

À plusieurs reprises, le pape François a raconté l’histoire de sa propre vocation, lorsqu’il s’est senti appelé par Dieu à le servir en tant que prêtre. Le 21 septembre 1953, un garçon de 16 ans nommé Jorge Bergoglio avait prévu de sortir avec ses amis pour célébrer un jour férié en Argentine appelé “Journée de L’Étudiant”. Jorge a décidé de commencer la fête en allant prier à l’église de sa paroisse, dédiée à Saint Joseph. Lorsqu’il est arrivé à l’église, il a vu un prêtre qu’il n’a pas reconnu, mais qui semblait rayonner de sainteté. Il a décidé de l’approcher et lui a demandé d’entendre sa confession. Nous ne savons pas ce que Jorge a dit au prêtre, ni ce que le prêtre a répondu. Mais nous savons que cette confession a totalement changé non seulement les plans de l’adolescent pour ce jour-là, mais aussi pour le cours entier de sa vie. Pendant L’Année Jubilaire de la Miséricorde, le pape François a déclaré :

Pour moi, ce fut une expérience de rencontre : j’ai découvert que Quelqu’un m’attendait. Cependant, je ne sais pas ce qui s’est passé. Je ne me souviens pas. Je ne sais pas pourquoi ce prêtre en particulier, que je ne connaissais pas, était là, ni pourquoi j’ai ressenti ce désir d’aller me confesser. Mais ce qui est certain, c’est que Quelqu’un m’attendait. Il m’attendait depuis longtemps. Après la confession, j’ai senti que quelque chose avait changé. Je n’étais pas le même. J’ai entendu quelque chose comme une voix ou un appel. J’étais convaincu que je devais devenir prêtre.

L’Esprit Saint prépare et éduque notre extase. Surtout lors de rencontres, qui peuvent sembler anodines ou insignifiantes, peut-être difficiles. Par conséquent, si demain je rencontre un ennemi, je ne dois pas oublier que ce n’est pas un hasard. Si je rencontre quelqu’un qui vit avec moi, je ne dois pas penser que c’est “comme d’habitude”. Si je rencontre quelqu’un de “difficile”, je dois me rappeler que le Saint-Esprit est en train de me dire ce que je dois faire pour le rapprocher de Dieu.

Nous pouvons être sûrs que le Christ nous cherche, jour et nuit. Dans le texte de l’Évangile d’aujourd’hui, l’insistance sur les verbes de mouvement est remarquable. Jésus ne s’arrête pas un instant : Comme Jésus marchait au bord du lac de Galilée… et puis il est parti de là… Il a traversé toute la Galilée. Celui qui est appelé doit comprendre qu’aucun repos ne lui sera accordé et qu’il n’y aura pas d’arrêt sur le chemin. Jésus veut être suivi jour et nuit et tout au long de la vie. Il n’y a pas de moments d’exemption des engagements pris. Notre réponse doit donc être prompte et généreuse comme celle de Pierre, André, Jacques et Jean, qui ont immédiatement laissé leurs filets, la barque et leur père pour le suivre.

-ooOoo-

  1. Enfin, si nous croyons vraiment à la manière dont notre père Fondateur nous appelle, c’est-à-dire à vivre la sainteté en commun, il doit être tout aussi clair que la plus grande difficulté est la division dans notre vie commune. Tout comme cela est arrivé à la communauté de Corinthe, qui a reçu toute la formation, l’exemple et les conseils de saint Paul, pour tomber dans un conflit permanent, cela peut arriver dans n’importe laquelle de nos communautés. L’origine de ces situations douloureuses n’est pas abstraite, doctrinale ou sophistiquée.

Ce qui a provoqué une telle discorde à Corinthe était – à l’époque comme aujourd’hui – l’égoïsme, le désir de dominer les autres, et de s’imposer aux autres. La lumière de l’Évangile, allumée par Paul, avait brillé à Corinthe, mais les ténèbres du péché et celles de la mort restaient très épaisses et difficiles à dissoudre.

Mais ce qui doit présider à notre réflexion sur mes péchés, vos péchés et les péchés des autres, c’est d’abord que nos fautes ne sont PAS plus fortes que la grâce. Les défauts des premiers disciples ont été soulignés à plusieurs reprises, mais ils rendent encore plus évident le fait que Dieu réalise ses plans avec des pécheurs comme nous.

C’est mystérieux, mais l’amour devient éternel de bien des façons. Comme l’a dit un jour un célèbre chanteur :

 Les futurs amoureux, peut-être

S’aimeront sans le savoir

Avec l’amour qu’un jour

J’ai eu pour toi.

Reconnaissons que nous sommes dans la même situation que les premiers disciples ; alors que nous désirons sincèrement faire beaucoup de bien aux gens, nous avons aussi des formes d’orgueil que nous avons du mal à identifier et à reconnaître (les deux). Certains saints les ont résumés en des rencontres intimes et discrètes avec le Christ, qui continue de marcher sur nos rivages.

Ce qui est frappant et émouvant dans les Lectures d’aujourd’hui, c’est la phrase “Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière”. L’histoire humaine est maladroite, dénuée de sens, déprimante, épouvantable, et pourtant “l’espérance jaillit éternel dans le sein de l’homme”. Beaucoup la rejettent comme une illusion enfantine, mais d’autres célèbrent l’incroyable pouvoir de l’espérance. Et l’espérance est, avec la foi et l’amour, l’une des trois forces fondamentales du message du Royaume de Dieu.

Au fil des siècles, ces mots ont suscité l’espoir et la conviction dans des périodes difficiles et stériles. À maintes reprises, ils ont formé des communautés auxquelles les portes de l’enfer ne pouvaient résister. Leur pouvoir n’a pas été perdu. Une voix venue du ciel a déclaré : “Écoutez-le“.

_________________________

Dans les Cœurs Sacrés de Jésus, Marie et Joseph,

Luis Casasús

TÉLÉCHARGER PDF
Print Friendly, PDF & Email