La joie d’un « oui » au Christ au milieu d’une situation douloureuse pour l’Eglise chilienne

« La grâce de la profession est cet infus en vertu duquel Dieu lui-même, en toute justice, s’est engagé, captif de celui qui fait la profession, afin de l’assister à tout moment jusqu’à la fin de sa vie. » (Fernando Rielo)

Le 17 mars, avec la profonde impression que nous laissent ces mots de Fernando Rielo, notre Fondateur, sur la grâce de la profession, Paulina Moya, 35 ans, a prononcé ses vœux perpétuels comme missionnaire idente dans notre paroisse de Santiago du Chili, San Alberto Hurtado. L’Eucharistie a été présidée par notre président, le Père Jesús Fernández, et concélébrée par quelques missionnaires ainsi que le curé de la paroisse du Bon Pasteur, paroisse avec laquelle les missionnaires identès collaborent.

Environ 300 personnes ont assisté à la célébration, parmi lesquelles des paroissiens, la communauté des sœurs mercedaires, des franciscaines, des jeunes de la pastorale universitaire, des collègues de travail et des membres de la la Famille Idente. Les premiers à arriver, alors qu’ils vivent à plus de 100 kilomètres de Santiago, ont été les parents et les frères de Paulina; très fiers des voeux perpétuels de leur fille et sœur. Au cours de l’homélie, notre président a remercié la famille de notre sœur en redisant combien les parents sont de grands éducateurs. Il a souligné que, dans un contexte de profonde souffrance pour l’église chilienne, ce « oui » au Christ – beau, sans détours ni doutes –devait être une grande joie pour tous, et transformer tout ressentiment en gratitude.

Puis la Supérieure générale a reçu les vœux perpétuels de notre sœur, qui a prononcé ses vœux, touchée et émue au plus profond. Félicitations, Paulina!

Leave a Reply