Angola, Cameroun et France : unis par la route jacobéenne en ligne

Qui aurait cru qu’en étant devant le mont YeYé de Yaoundé, je pourrais connaître le mont Irago ! C’est ainsi que l’une des participantes a commencé sa contribution à la soirée artistique. Et c’est que le Chemin de Saint-Jacques est un cadeau inattendu et magnifique pour ses participants.

Le 2 août dernier, l’Angola, le Cameroun et la France ont été invités à la soirée artistique virtuelle de la Route jacobine Idente 2020.

Nous avons eu la grâce d’écouter le témoignage de José Manuel, qui a fait le Chemin de Saint-Jacques à onze reprises et a exprimé les impressions qu´il avait en mémoire : la joie d’arriver à la cathédrale de Saint-Jacques et de donner l’accolade à l’apôtre, ce qui est comme arriver au ciel, et l’impression de Jésus souffrant au Jardin des Oliviers, réconforté par un ange, saint Joseph, à travers une image trouvée dans l’église de saint François de Villafranca del Bierzo, qui y est restée comme la partie la plus importante du Chemin.

Nous avons également apprécié une danse qui représentait comment Jésus est avec nous en tout endroit, une chanson jouée à la guitare, des poèmes .. et Eleuthère a montré un montage de photos de la Rute des années précédentes. Jean, en tant que présentateur, a partagé des passages du Message du Président des Missionnaires Identes, le P. Jesús Fernández Hernández.

Nous vous partageons le poème “Gratitude” de Bertha et le poème de notre Père Fondateur, Fernando Rielo, “J’ai rencontré un jeune athée” du livre “Les enfants de la rencontre” qui a clôturé la soirée.

Les participants ont apprécié la rencontre avec les autres, même si elle n’était que virtuelle, et la beauté qui avait été partagée, nous laissant dans la joie et avec un esprit renouvelé pour continuer à faire le Chemin et nous retrouver à nouveau.

Poème de Bertha

Merci pour le souffle de ton amour
qui bat à l´aube de chaque jour.
Merci de m´aimer à chaque instant
et de ne pas me juger.
Merci pour la larme qui coule
sur la croix pour moi et me sauve.
Merci pour les pétales de fleurs
qui offrent leur parfum avec douleur.
Merci pour un geste tendre,
pour la voix d´un enfant,
pour un regard pur,
pour un sourire ouvert,
pour le trille des oiseaux
qui laissent leurs traces dans le ciel parfumé et candide.
Merci pour le soleil qui se lève et se couche
chaque soir.
Merci pour la brise silencieuse,
pour le silence qui meurt.
Merci d´être Toi
l´humble lumière qui brille
dans la grandeur de chaque être humain.
Merci de croire en moi
chaque fois que je tombe
et que je te blesse.
Merci de voir en moi cette petite lumière
qui veut se lever.
Je te remercie d´être
venu dans ma prière
Inconstante de la nuit,
car malgré tout
j´entends ta faible Voix
Qui me dit :
« Suis-moi, suis-moi,
Je suis ton repos ».

Leave a Reply